Vous êtes ici »
Étude janvier 2022 : L’impact du covid sur les sites de rencontres (infographie)

Étude janvier 2022 : L’impact du covid sur les sites de rencontres (infographie)

Le covid a impacté de très nombreux secteurs d’activités. Cette infographie montre comment la rencontre en ligne a été impactée par la crise.

Rappel des faits : La crise covid a vraiment débuté en Europe et par la même occasion en France vers mars 2020. Le premier confinement a eu lieu du 17 mars 2020 au 3 mai 2021. C’est par ailleurs à cette période que les bourses mondiales ont fortement dévissé. Un deuxième confinement et un couvre-feu ont par la suite été imposés aux Français entre le 29 octobre 2020 au 15 décembre 2020. Puis un troisième du 3 avril 2021 au 3 mai 2021.

L’analyse porte seulement sur les principaux acteurs du marché en fonction de leur secteur cible. Mais tous les sites ont été plus ou moins fortement impactés par la crise. En tout cas c’est ce que certaines autres études réalisées par d’autres sites démontrent et concluent fin mars 2020. Est-ce vraiment le cas ? Quand est-il réellement avec du recul ? Les sites de rencontres ont-ils eu des baisses de fréquentation de plus de 30% comme certaines études veulent faire croire ? Avoir réalisé des études seulement 15 jours après l’entrée en vigueur d’un confinement était-il pertinent ? Des questions il y en a plein, nous allons voir si on peut y répondre !

Pour être transparent, une copie d’écran de chaque donnée est fournie pour avoir une comparaison visuelle efficace, et avoir des données quantifiables. Affirmer des choses sans montrer ces sources peut-être un moyen de transformer la réalité et ainsi faire du buzz.

L’analyse se porte essentiellement sur une comparaison des données récoltées sur les sites Semrush, Similarweb, et de Google Trends (des références dans ce domaine de data web)

Estimation du trafic en recherche organique Google :

Semrush fournit un ensemble très complet de données sur la santé d’un site web : Nombre de liens, publicité, mais également une estimation du nombre de visiteurs en fonction des mots clés positionnés et du volume de recherche. Il faut noter que les personnes visitant le site directement sans passer par un moteur de recherche ne sont pas comptabilisées. D’où d’ailleurs une différence significative par moment entre le nombre de requête de recherche et de visiteur unique estimatif.

Similarweb est un outil permettant d’avoir des estimations sur le trafic de tel ou de tel site internet. Visiteurs uniques : Nombre de visiteurs uniques (non dédupliqués d’un appareil à l’autre) entre septembre et novembre 2021.

Google trends est un outil gratuit de google permettant de savoir si un mot clé est fortement recherché ou non. L’indication de valeur est comprise de 0 à 100. Il nous informe donc de la popularité d’un terme de recherche. Il permet de connaitre une certaine tendance.

Rencontres sérieuses et généralistes

Les chiffres par ordre correspondent aux différentes dates clés :

  • 1) Point référence de décembre 2019 (qui peut être une bonne ou une mauvaise saisonnalité pour certains types de rencontre ou de secteur d’activité qui ne seront pas pris en compte dans l’analyse)
  • 2) Mars 2020 (1 er confinement)
  • 3) Oct – Dec 2020 (2 eme confinement)
  • 4) Avril 2021 (troisièmes confinement)
  • 5) Décembre 2021 (Noël et Omicron)

NB : Le Traffic payant n’a pas été pris en compte, car il peut être insignifiant, mais on cherche surtout à déterminer l’engouement des personnes et leur intérêt envers telle ou telle plateforme. Le but est également de réduire la quantité de chiffres et de proposer quelque chose de lisible.

Meetic et Eliterencontre : Quelles informations Google trends nous montre ?

graphique google trends meetic eliterencontre

Graphiquement on peut voir très clairement une différence de popularité entre les deux sites. L’analyse se portera donc fortement sur les données visibles de Meetic.

(1) & (2) Le point référent (1) montre pour les fêtes de fin d’année 2019 une augmentation. Juste avant le premier confinement, l’intérêt porté à Meetic avait gagné 21% pour arriver à 68. Il retombe à 47 durant le premier confinement, soit une baisse 31%. Mais de seulement de 17% comparativement à la période (1).

(3) Une fois la période de confinement terminée, une hausse progressive est apparue. Le deuxième confinement montre une stabilisation de la popularité des sites. Une légère baisse au mois de novembre peut être constatée. Cependant, cette période montre pour la même période 1 an auparavant les mêmes similitudes de baisse alors que la pandémie n’était pas présente.

(4) Le confinement d’avril 2021 n’a provoqué aucune baisse.

(5) Meetic a clairement eu une hausse de popularité entre le confinement d’avril 2021 et octobre 2021. On passe ainsi de 52 à 100, ce qui signifie que le terme a été recherché pratiquement deux fois plus sur Google que la période précédente. On constate que la fin de novembre n’est pas encore un bon mois pour les rencontres. Le mois de décembre quant à lui a bénéficié d’une hausse, malgré l’envolée des cas Omnicron et des fêtes de fin d’année. Cette baisse de fin novembre, début décembre de saisonnalité pondère la baisse qui pourrait être attribué uniquement à la pandémie et aux dispositifs d’Etat mis en place pour limiter la propagation.

Dans l’ensemble, l’intérêt de recherche des utilisateurs n’a pas baissé entre le début de l’année 2020 jusqu’en fin d’année 2021. Des variations dans les deux sens sont constatables. Elles restent visuellement normales et font partie de la vie d’un site. Les saisonnalités provoquent plus d’effet sur la fréquentation des sites que les restrictions finalement.

Meetic

Données Semrush :

  • 1) 2,527,278 (Ordinateur) / 2,402,848 (Mobile)
  • 2) 2,518,877 (Ordinateur) / 2,403,333(Mobile)
  • 3) 3,062,319 (Ordinateur) / 2,950,000 (Mobile)
  • 4) 2,979,005 (Ordinateur) /2,888,510 (Mobile)
  • 5) 3,141,241 (Ordinateur) / 3,011,089 (Mobile)

Données Similarweb :

  • Moyenne visiteurs uniques période septembre à novembre 2021 : 684,057
  • Répartition de l’audience par appareil : 40,17% Desktop et 59,83% Mobile
  • Estimation visiteur septembre 2021 : 8,333M et 709,288 uniques
  • Estimation visiteur octobre 2021 : 7,696M et 679,433 uniques
  • Estimation visiteur novembre 2021 : 7,376M et 663,449 uniques

graphique semrush meetic ordinateur
graphique semrush meetic mobile

Les graphiques montrent des variations d’intentions de recherche durant les différentes phases de confinements. Les recherches par le biais d’ordinateurs ont plus été impactées que sur mobile. Sur les périodes lissées, ces variations sont anecdotiques. Lorsqu’on zoome, il est vrai qu’il y a eu des pics de baisses, mais l’attention des internautes est vite revenue. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de baisse significative visible sur les différents graphiques.

On peut même dire qu’après la stupeur générale, les internautes sont vite revenus sur la plateforme. Le covid a même permis à Meetic d’accroître sa croissance. Le site a également continué à faire de la publicité pour attirer des nouveaux membres.

Les statistiques de Similarweb concernant les derniers mois indiquent une légère baisse au niveau du nombre des visiteurs uniques. Ce qui peut indiquer plusieurs choses, les personnes ont fait attention par rapport à la vague Omnicron. Mais c’est surtout du fait que cette période n’est pas propice aux sites de rencontres. Les fêtes de fin d’années l’emportent et font passer l’envie de faire des rencontres pendant cette période. En revanche, les intentions de se renseigner ont fait que croitre. Les gens se préparent pour le début de la nouvelle année.

En résumé, avec du recul, on est loin des chiffres tant annoncés à propos de Meetic. Ce dernier a très bien fait face à la crise Covid. Il en a même profité pour croitre.

« Globalement, la crise sanitaire n’a pas impacté négativement la croissance de Meetic. C’est même le contraire. La plateforme a eu une belle croissance de 25% durant toute la période. »

Lire l’avis : Meetic

Eliterencontre

Données semrush :

  • 1) 217,334 (Ordinateur) / 197,037 (Mobile) – (269,692 (ordinateur) en septembre 2019)
  • 2) 188,322 (Ordinateur) / 162,854 (Mobile)
  • 3) 196,671 (Ordinateur) / 175,000 (Mobile)
  • 4) 221,278 (Ordinateur) / 198,199 (Mobile)
  • 5) 222,784 (Ordinateur) / 192,424 (Mobile)

Données Similarweb :

  • Moyenne visiteurs uniques période septembre à novembre 2021 : 255,345
  • Répartition de l’audience par appareil : 18,5% Desktop et 81,5% Mobile
  • Estimation visiteur septembre 2021 : 1,976M et 252,335 uniques
  • Estimation visiteur octobre 2021 : 2,293M et 269,897 uniques
  • Estimation visiteur novembre 2021 : 1, 977M et 243,803 uniques

graphique semrush eliterencontre ordinateur
graphique semrush eliterencontre mobile

Lorsqu’on compare les chiffres de Meetic à ceux de Eliterencontre, on constate une différence significative du nombre d’internautes voulant se connecter à la plateforme. Les fluctuations dues aux différents confinements sont beaucoup plus perceptibles que son concurrent direct (Meetic). En zoomant sur des dates clés, il y a bien eu des baisses significatives. Mais globalement, le lissage, des données permettent de constater que les internautes sont vite revenus sur la plateforme. La situation sanitaire a même provoqué l’effet inverse de ce qu’il sait dit au début de la pandémie et aux différentes baisses rapides, mais surtout ponctuelles. La solitude du premier confinement a fait réagir bon nombre de consciences. Ces mêmes personnes se sont tournées vers les sites de rencontres pour ne pas revivre un deuxième confinement seul.

En ce début d’année 2022, la plateforme a regagné pas mal d’attrait. Le palier de chute durant la période 2020-2021 n’est pas entièrement dû à la pandémie. Une baisse semi-importante avait déjà été entamée bien avant décembre 2019. Les chiffres pris pour indiquer une baisse de -50% est totalement infondés : le point initial doit être novembre, décembre 2019 et non l’un des tops de 2019. Il faut noter que la chute de -22% sur le premier graphique (Ordinateur) correspond à la même période que la hausse de 34% concernant le mobile. Ce qui peut largement indiquer un changement d’habitude chez les internautes utilisant le site.

Le graphique des données mobile indique cependant une belle baisse de 11% pour la période du premier confinement. Les premiers jours montraient des baisses beaucoup plus importantes. Mais l’ennui et la situation des personnes les ont poussés à nouveau vers la plateforme. Ce qui fait, une baisse peu importante en prenant les statistiques de la plateforme sur le mois entier de ce premier confinement. Le confinement d’avril 2021 a été très bénéfique pour Eliterencontre avec une augmentation moyenne respective de 13% pour les ordinateurs et de 11% pour les recherches mobiles.

« Les différents protocoles mis en place pour limiter l’impact du Covid ont fait fluctuer le nombre de visiteurs. Entre le début et le variant Omnicron, Eliterencontre a réussi à maintenir sa base d’utilisateur sans en perdre, mais sans en gagner non plus. »

Lire l’avis : EliteRencontre

Rencontres séniors

Analyse des tendances Google Trends : Disonsdemain et NosBellesAnnees

tendance google trends disonsdemain nosbellesannees

Une différence plus que notable existe entre les deux sites concernant leur popularité, Disonsdemain écrase littéralement Nosbellesannees. D’ailleurs, aucune donnée n’est disponible pour ce dernier. En conséquence, l’analyse se portera uniquement sur les données visibles de DisonsDemain. La première chose clairement visible est que les fluctuations très importantes de l’intérêt pour la recherche « Disonsdemain ». Les recherches amoureuses des séniors sont très probablement donc plus segmentées en fonction de certains jours, ou encore en fonction des saisons. Il y a des jours, des semaines voir des mois avec l’envie, le temps, d’autre non. Il est difficile dans ces circonstances de voir clairement des tendances dues ou non aux différents confinements avec les données d’intérêts fournis par Google trends.

(1) Le début d’année 2020 a été très profitable pour DisonsDemain. Il est passé de 7 à une valeur de plus de 30 entre janvier et février. La chute suivie a eu lieu bien avant le premier confinement.

(2) Durant cette période d’ailleurs, la plateforme a vu une augmentation de sa popularité. Les séniors n’ont donc pas fui le site durant cette période, c’est même le contraire.

(3) L’intérêt des séniors envers le site a fait que grandir entre les deux périodes (2 et 3). Lorsque la phase 3 a commencé, l’intérêt était au plus bas, puis a soudainement augmenté pour ensuite redescendre puis encore une fois remonter. La première augmentation (+215%) et la chute (-70%) ont été violentes, mais les séniors sont vite revenus sur la plateforme (+216%) par la suite.

(4) Un énorme pic d’augmentation a eu lieu durant le confinement d’avril 2021, on passe de 14 à 100 pour ensuite redescendre à 20 en fin de confinement. Les séniors ont donc utilisé massivement DisonsDemain pour faire des connaissances, mais aussi probablement pour lutter contre la solitude.

(5) Le mois de décembre n’est clairement pas un mois où les séniors souhaitent faire des rencontres. Ils sont concentrés sur les fêtes de fin d’années. Omnicron était également présent dans l’esprit, et ont donc voulu limiter les contacts pour profiter de leurs familles. Cette baisse ne peut être entièrement imputable à la situation sanitaire. Une partie est surtout due à la saisonnalité.

Dans l’ensemble, DisonsDemain a une belle croissance entre la période (1) et la (4), puis une baisse entre (4) à (5). La croissance d’un site n’évolue pas uniquement vers le haut. Des hausses et des baisses sont normales et resteront normales. L’été peut également jouer un rôle important concernant cette décroissance entre (4) et (5), encore une question de saisonnalité et donc d’une peur globale de la situation sanitaire.

Disonsdemain

Données Semrush :

  • 1) 731,712 (Ordinateur) / 716,490 (Mobile)
  • 2) 668,227 (Ordinateur) / 667,425 (Mobile)
  • 3) 759,645 (Ordinateur) / 755,694 (Mobile)
  • 4) 803,729 (Ordinateur) / 790,997 (Mobile)
  • 5) 797,917 (Ordinateur) / 789,649 (Mobile)

Données Similarweb :

  • Moyenne visiteurs uniques période septembre à novembre 2021 : 314,190
  • Répartition de l’audience par appareil : 52,53% Desktop et 47,47% Mobile
  • Estimation visiteur septembre 2021 : 3,734M et 315,761 uniques
  • Estimation visiteur octobre 2021 : 3,77M et 307,342 uniques
  • Estimation visiteur novembre 2021 : 3,906M et 319,467 uniques

graphique semrush disonsdemain ordinateur
graphique semrush disondemain mobile

Pour un site réservé aux personnes ayant plus de 45 voire 50 ans, les chiffres généraux de Disonsdemain sont excellents. On peut même dire que c’est le leader français de la rencontre sénior en France. Le site fait que croître depuis son lancement en 2017/2018. À n’en pas douter, le premier confinement a provoqué des pics de baisses de connexions. Mais dans l’ensemble, la baisse n’a été que de 4% finalement. De nombreux nouveaux séniors ont remplacé ceux qui se sont désintéressés périodiquement de la plateforme. L’envie de dialoguer et d’essayer de trouver quelqu’un a permis à la plateforme de bien s’en sortir. Les séniors ne pouvant plus voir d’autres personnes ont trouvés grâce aux applications web un moyen efficace de dialoguer avec d’autres personnes.

Toutefois, des variations plus importantes en phase (2) et (3) sont visibles sur les différents graphiques. Les séniors ont donc réagi plus vigoureusement aux différentes directives sanitaires sans délaisser pour autant la plateforme.

« La réaction des séniors lors du 1 er confinement a été importante. Après la stupeur et la peur, l’intérêt de DisonsDemain a permis à la plateforme de gagner des utilisateurs qui voulaient faire des rencontres et d’éviter d’être seul lors d’un prochain confinement. »

Lire l’avis : DisonsDemain

NosBellesAnnées

Données Semrush :

  • 1) 11,970 (Ordinateur) / 11,333 (Mobile)
  • 2) 8,641 (Ordinateur) / 8,719 (Mobile)
  • 3) 9,695(Ordinateur) / 9,365 (Mobile)
  • 4) 11,753 (Ordinateur) / 11,220 (Mobile)
  • 5) 11,795 (Ordinateur) / 11,323 (Mobile)

Données Similarweb :

  • Moyenne visiteurs uniques période septembre à novembre 2021 : 36,184
  • Répartition de l’audience par appareil : 32,75% Desktop et 67,25% Mobile
  • Estimation visiteur septembre 2021 : 131,634 et 40,058 uniques
  • Estimation visiteur octobre 2021 : 113,564 et 35,698 uniques
  • Estimation visiteur novembre 2021 : 95,186 32,797 et uniques

graphique semrush nosbellesannees ordinateur
graphique semrush eliterencontre ordinateur

Une différence flagrante peut sauter aux yeux lorsqu’on compare les chiffres de fréquentation de DisonsDemain et de NosBellesAnnees. Le premier écrase totalement le second. La base utilisateur est plus importante que le second. Le budget publicitaire n’est clairement pas le même ! Mais NosBellesAnnees reste une très bonne alternatif. Les séniors inscrits sur la plateforme ont ainsi moins de concurrence. Les chiffres de SimilarWeb indiquent pour NosBellesAnnes est meilleur ratio entre visiteur et visiteur unique que DisonsDemain. La plateforme est aussi un peu plus jeune, elle peut que devenir elle aussi une référence du secteur. C’est tout ce qu’on lui souhaite, à la vue de la qualité des services proposés.

Le premier confinement a été brutal pour la plateforme. Les données lissées sont éloquentes, la chute a été de près de 30%. Des pics de -50 à -70% les premiers jours peuvent même être analysés. Mais ces données peuvent-elles être accordées uniquement au confinement de mars 2020 ? La réponse est non ! La chute avait déjà commencé depuis fin décembre 2019. Il faut dire que les mois précédents avaient été très profitables pour la plateforme avec une hausse de plus de 200% concernant les ordinateurs et de plus de 2800% pour les recherches mobiles. Il est donc normal qu’une chute arrive à un moment donné. Les chiffres se sont relativement bien stabilisés après mars 2020, pour ensuite même augmenter pendant les différents confinements.

« La baisse a été très significative lors du premier confinement, mais la plateforme a vu son nombre d’utilisateurs remonter et se stabiliser comme précédemment avant la crise sanitaire. »

Rencontres amicales

Analyse des tendances Google Trends Onvasortir

tendance google trends onvasortir

Onvasortir est un cas à part. Ce n’est pas vraiment un site de rencontre pour trouver son âme sœur ou plus si affiné. À la base le site permet surtout de sortir et faire de nouveaux amis. Graphiquement, on constate une baisse croissante durant toute la période entre fin 2019 et décembre 2021. Toutefois, même sans analyser les graphiques, il est logique que les confinements aient fait chuter la fréquentation de la plateforme. Les personnes ne pouvant pas sortir à des soirées, n’en ont pas créé et ne se sont pas connectées pour en rechercher.

(1) La baisse sur cette période ne peut pas être imputable aux restrictions sanitaires, il n’y en avait pas encore. La saisonnalité est probablement l’unique raison. Le froid de l’hiver, les fêtes, les personnes ont d’autres choses à penser.

(2) Janvier et février ont l’air d’être des bons mois pour Onvasortir. Les bonnes résolutions ont été prises. Lors du premier confinement de mars 2020, tout s’arrête brutalement pour la plateforme, une chute vertigineuse a eu lieu. L’intérêt passe de 84 à 26 soit une baisse de 70%. On peut également constater que la reprise n’a pas été immédiate dès la fin des mesures. Une hausse progressive s’est mise en place pour regagner une valeur d’intérêt de 80 juste avant l’été, pour progressivement diminuer pendant cette période estivale.

(3) Le site avait réussi à maintenir une moyenne d’intérêt vers les 40 avant ce 2 -ème confinement. Dès les mesures mises en place, la chute a été rapide et elle s’est maintenue au plus bas durant toute la période. Une remonté a eu lieu juste avant, sûrement pour organiser et profiter de la sortie du confinement. Les mois suivants, le site a revu son intérêt fluctuer entre 20 et 55.

(4) L’intérêt de la plateforme oscillait énormément les mois précédents, la légère chute de 50 à 25 peut ou non être imputable à la situation. OnVaSortir a bénéficié ensuite d’une belle augmentation, même si cette dernière a été en dents de scie.

(5) Entre la phase (4) et (5) le site avait bien réussi à maintenir la baisse générale. Mais la période hivernale 2021 et le nouveau variant Omnicron ont eu un impact sur l’intérêt porté des gens concernant la plateforme et leur envie de faire des rencontres.

Dans l’ensemble, les phases restrictives ont eu des impacts plutôt fort sur l’intention des internautes. OnVaSortir a une perte croissante de notoriété depuis décembre 2019. Il y a d’autres raisons que la pandémie. Toutefois, cette dernière a eu un impact important sur la plateforme, il n’y a aucune raison d’en douter. À chaque mesure, une chute brutale s’est produite.

Onvasortir

Données semrush :

  • 1) 1,859,014 (Ordinateur) / 1,774,077(Mobile)
  • 2) 1,850,498 (Ordinateur) / 1,763,163(Mobile)
  • 3) 1,376,826 (Ordinateur) / 1,306,757(Mobile)
  • 4) 1,004,788 (Ordinateur) / 946,055(Mobile)
  • 5) 1,010,518 (Ordinateur) / 942,528(Mobile)

Données Similarweb :

  • Moyenne visiteurs uniques période septembre à novembre 2021 : 369,090
  • Répartition de l’audience par appareil : 37,82% Desktop et 62,18% Mobile
  • Estimation visiteur septembre 2021 : 4,251M et 395,248 uniques
  • Estimation visiteur octobre 2021 : 3,691M et 372,059 uniques
  • Estimation visiteur novembre 2021 : 3,666M et 339,962 uniques

graphique semrush onvasortir ordinateur
graphique semrush onvasortir mobile

Presque deux fois moins de personnes se sont connectées sur Onvasortir à cause de la pandémie ! Bien entendu cette affirmation est complètement fausse. Le covid n’est pas le seul fautif !

Il est raisonnable de penser qu’en période de confinement, les personnes se sont moins connectées aux sites pour rechercher des sorties durant les différentes périodes d’isolement. Des creux sont perceptibles durant ces phases. Par exemple, dès que la vague Omnicron est apparue, une baisse de visiteur unique est lisible pour la période hivernale. Mais le temps et la période peuvent aussi être une raison. Les sorties en pleine aire à cette période sont peu demandées.

Avec une perte approchant les 50% de visiteurs entre 2019 et fin 2021, la raison de la crise pandémique a bon dos. Elle a juste été un accélérateur de tendance. La baisse avait déjà commencé bien avant. Il existe une raison principale et elle est bien autre. Il faut savoir qu’au cours de l’année 2019, Onvasortir est devenu payant pour les nouveaux inscrits. L’abonnement est de 39€ pour tous les nouveaux inscrits. Les anciens membres ne devant pas s’affranchir de cette somme. Mais la plateforme, selon les dire, a trouvé la parade. Un compte plus ou moins inactif était désactivé, ce qui nécessitait de recréer un compte et donc par la même occasion de devoir passé par la case « abonnement ». Il faut également savoir qu’avant ce changement majeur, certaines options étaient devenues payantes. Il est naturel que beaucoup d’utilisateurs aient déserté la plateforme.

Même lorsqu’on franchit le pas de l’abonnement, l’apparence visuelle du site nous transporte dans le passé. Pour les nostalgiques, ça peut être dépaysant !

Les vraies raisons de la baisse du nombre d’utilisateurs sont les prises de décision de la plateforme.

« La baisse de Onvasortir est notable. L’attrait pour la plateforme a été divisé par deux. Les restrictions de sorties n’ont pas aidé la plateforme. Cependant, la baisse n’a pas uniquement comme origine la crise sanitaire. La mise en place de forfaits peut également être un facteur très important dans cette descente. »

Sites échangistes et libertins

Analyse des tendances Google Trends de Wyylde et de nouslibertins

tendance google trends wyylde nouslibertins

La popularité des deux sites est relativement proche et les tendances bénéficient globalement des mêmes fluctuations. Les valeurs indiquées en noir sont celles de Wyylde.

(1) Le point de référence est à 39 et évolue à un pic de 58 fin janvier, soit une augmentation de 48%. Les deux plateformes ont vu cette hausse s’annuler en février.

(2) Graphiquement, le premier confinement n’a provoqué aucune baisse significative pendant la période. La baisse avait déjà eu lieu au mois de février. Ce mois a d’ailleurs même été stable dans son ensemble.

(3) Le deuxième confinement a été plus long. Une baisse progressive a été initialisée jusqu’au deuxième mois puis remonte à partir de cette date. Les libertins sont donc revenus 1 mois avant la fin des restrictions pour préparer la sortie.

(4) Aucune baisse significative n’est constatable pour cette période.

NB : Dès que le confinement dure qu’un mois, les utilisateurs doivent profiter de cette courte période pour faire des recherches, faire des connaissances et préparer leurs futures rencontres. Mais si la période est plus longue, alors ils en profitent pour faire autre chose et reviennent avant la fin pour préparer leurs nouvelles sorties.

(5) L’évolution de Wyylde est impressionnante depuis le mois de septembre 2021. Le variant Omnicron et les fêtes de fin d’année ont l’air graphiquement de n’avoir eu aucun impact sur l’intérêt des internautes à rechercher le site. Pour Nouslibertins, une baisse est constatable, mais fausse. Il a en réalité bénéficié des mêmes performances. Elles ne sont simplement pas visibles sur le graphique, car le site a changé de nom de domaine.

Google trends montre une augmentation progressive de l’intérêt envers la plateforme Wyylde durant toute la période Covid. Nouslibertins quant à lui s’est maintenu sans baisse vraiment notable.

Wyylde

Données Semrush :

  • 1) 901,909 (Ordinateur) / 745,276 (Mobile)
  • 2) 887,413 (Ordinateur) / 747,626 (Mobile)
  • 3) 845,274 (Ordinateur) / 730,000 (Mobile)
  • 4) 830,151 (Ordinateur) / 719,980 (Mobile)
  • 5) Novembre : 958,061- Décembre : 707,130 (Ordinateur) / 596,900 (Mobile)

Données Similarweb :

  • Moyenne visiteurs uniques période septembre à novembre 2021 :4,66 Millions
  • Répartition de l’audience par appareil : 30,09% Desktop et 69,91% Mobile
  • Estimation visiteur septembre 2021 : 16,6M et 4,584m uniques
  • Estimation visiteur octobre 2021 : 17M et 4,7M uniques
  • Estimation visiteur novembre 2021 : 16,1M et 4,7M uniques
  • Estimation visiteur décembre 2021 : 17,47M et 5,27M uniques

graphique semrush wyylde ordinateur
graphique semrush wyylde mobile

Wyylde a eu une très belle progression depuis 2017. En réalité, c’est dû au changement du nom de domaine. Les utilisateurs de Netechangisme ont progressivement basculé sur la nouvelle version du site et donc vers Wyylde.com. Même si l’on peut voir qu’au début de la crise il y a eu des pics de baisses, les utilisateurs sont vite revenus. Les personnes avaient besoin de se sentir moins seules, mais surtout ont eu envie de préparer le déconfinement.

Les clubs étant fermés, les pratiquants de l’échangisme ont donc trouvé des alternatives et se sont tournés vers ces plateformes.

En règle générale, en données lissées, Wyylde n’a pas subi de changement majeur pendant les différentes phases de confinements, déconfinements, couvrent feu … On peut même constater un pic de hausse notable en septembre 2021.

À cause de cette hausse de septembre, la baisse visible depuis octobre 2021 est visuellement relativement impressionnante. On pourrait penser que cette période n’est pas propice aux recherches libertines. Mais les chiffres de Nouslibertins ne vont pas dans ce sens. Omnicron ne peut être également le responsable, car le secteur de l’échangisme n’a pas été significativement touché. La baisse depuis octobre 2021 est propre à la plateforme Wyylde. Cependant, une partie des pratiquants ont fait attention et ont dû remettre leurs envies à plus tard. Mais la majorité de la baisse est imputable à d’autres raisons.

Wyylde étant l’un des leaders du secteur, il est permis de se poser des questions sur une telle baisse. La qualité des services n’est donc pas à remettre en question, la popularité non plus. Wyylde se fait connaitre par différents moyens : le bouche-à-oreille, la publicité directe, mais aussi par l’affiliation. Plus il y a de sites mettant Wyylde en valeur, et plus il y a des internautes qui recherchent des avis, plus la plateforme a des visiteurs uniques à convertir en client. La raison très probable de cette chute peut donc être le résultat du changement que la plateforme a opéré en août 2021. À cette période, les rémunérations des affiliés ont été fortement revues à la baisse. Un certain nombre de sites ont donc dû arrêter le partenariat et se tourner vers d’autres sites moins qualitatifs, mais plus généreux. Il faut également savoir qu’au début de ce changement, il était question d’un arrêt complet de l’affiliation du côté du site, mais un retour en arrière a été effectué.

La vraie raison probable de cette baisse de trafic est le résultat du changement de promotion de la plateforme. On constate un regain de 500 000 visiteurs uniques au niveau mondial au mois de décembre 2021 (en sachant que le site génère plus de 80% de visiteurs sur sa plateforme française). La période est généralement propice aux libertins, les affiliés reviennent peut-être également. Dans tous les cas, il sera intéressant de refaire un point dans quelque mois pour voir les décisions prises par le site suite à cette baisse de visibilité et donc de trafics.

« Le premier confinement a été un peu impactant pour Wyylde. Le site a perdu de l’attrait, mais d’autres facteurs autres que la pandémie est également responsable. Le site a cependant réussi à gagner des utilisateurs en cette fin d’année. »

Lire l’avis : Wyylde

NousLibertins

Données semrush :

  • 1) 1,106,128 (Ordinateur) / 1,055,623 (Mobile)
  • 2) 1,084,154 (Ordinateur) / 1,033,685 (Mobile)
  • 3) 1,188,738 (Ordinateur) / 1,128,527 (Mobile)
  • 4) 1,182,125 (Ordinateur) / 1,127,107 (Mobile)
  • 5) 1,374,973 (Ordinateur)* / 1,295,738(Mobile)* *données Nouslib.com

Données Similarweb :

  • Moyenne visiteurs uniques période septembre à novembre 2021 : 150,000
  • Répartition de l’audience par appareil : 28,67% Desktop et 71,33% Mobile
  • Estimation visiteur octobre 2021 : 711,933 et 52,771 uniques
  • Estimation visiteur novembre 2021 : 433,704 et 35,527 uniques

graphique semrush nouslibertins ordinateur
graphique semrush nouslibertins mobile

Depuis sa création, le site propose une belle progression constante. Les paliers de croissances sont facilement identifiables. Juste avant la période de crise sanitaire, Nouslibertins avait d’ailleurs profité d’une belle augmentation de son nombre d’utilisateurs. Cette croissance peut être le résultat d’une communication plus importante, car le budget publicitaire a été augmenté pendant cette période. La baisse lissée durant le premier confinement est de seulement 3%, alors que ce même budget publicitaire n’a pas à priori perduré. Les nouveaux utilisateurs sont donc restés sur la plateforme et ont pu mettre à contribution leur temps libre. L’évolution positive de l’intérêt des utilisateurs durant toutes les différentes périodes ne montre aucunement de fortes baisses. NousLibertins a vraisemblablement été une solution de remplacement aux clubs libertins fermés pour rentrer à distance avec de nouvelles personnes et ainsi planifier de nouvelles rencontres dès la fin des restrictions.

Les graphiques de fin d’années 2021 montrent clairement une baisse plus que significative du trafic. Pour un non-connaisseur, il pourrait même dire que la plateforme est morte ! On pourrait même en profiter pour titrer des articles catastrophes. Mais la baisse interpelle ! La raison est facile à trouver dès lors que l’on effectue un minimum de recherches. Le simple fait de se connecter à l’URL « Nouslibertins.com » nous procure la réponse. Le site a changé de nom de domaine. « Nouslibertin » est devenu « Nouslib », d’où la chute et un basculement des données vers le nouveau nom de domaine. Ce qui a été reporté sur le premier graphique « données ordinateur ». Dès lors, les chiffres ne montrent aucune baisse. Le basculement technique a été réalisé avec brio.

Dans tous les cas, Nouslib.com continue sa progression malgré la crise sanitaire. Les clubs échangistes, mais surtout certains lieux de rencontre habituels étant fermés, les libertins se sont rués sur les applications web pour trouver de nouvelles rencontres. Les libertins sont, dans une très grande majorité, très à cheval sur l’hygiène des personnes qu’ils rencontrent. Il est pensable qu’ils fassent très attention aux personnes qu’ils rencontrent et qu’ils demandent des tests PCR avant toute partie de plaisir.

« Une légère baisse a eu lieu lors du confinement de mars 2020. Les pratiquants du libertinage sont vite revenus à leurs plaisirs. L’envie d’explorer de nouveaux horizons a été plus forte que la peur du Covid dans l’ensemble. Ce qui a permis à Nouslibertins de gagner près de 24% d’utilisateurs potentiels pendant la crise sanitaire. »

Rencontres coquines et légères

Analyse des tendances Google Trends : Gleeden

tendance google trends gleeden

(1) La période de décembre 2019 est stable avec une valeur de 51.

(2) Le mois de février avait subi une chute (32) pour ensuite augmenter à (58), une petite hausse de 81% tout de même. Dès le début de mars, une décroissance a eu lieu. Est-ce dû au confinement ou à une chute normale après une telle hausse ? Il est impossible d’affirmer que le confinement est le seul responsable. Dans tous les cas, suite à ce premier évènement, la plateforme a suscité un intérêt croissant les mois suivants avec un long palier vers les (47).

(3) Le confinement et les restrictions de sorties étant plus longs (3mois), le creux est plus significatif pour cette période. Il n’est pas facile de tromper (faire des recherches) sa moitié quand elle/il est à la maison. Un mois avant la fin, une augmentation d’intention, d’envie est clairement visible avec une hausse de 71%, pour ensuite décroître légèrement durant les mois suivants.

(4) L’habitude des restrictions a fait que dès les premiers jours de ce dernier, les internautes se sont connectés à la plateforme pour prendre la température. En tout cas, un regain d’intérêt significatif est visuellement présent pour ensuite progressivement décroître jusqu’à la fin du mois.

(5) L’été a dû être mouvementé pour un grand nombre de personnes. La chaleur de l’été, a dû donner des idées, car dès le mois de septembre, le terme « Gleeden » n’a jamais été autant recherché. Les fêtes du mois de décembre et le nouveau variant n’a pas eu l’air d’avoir le moindre impact sur l’envie de trouver des personnes.

De fin 2019 à décembre 2021 soit en 2 ans, graphiquement, le site poursuit sa croissance. La pandémie n’a pas l’air de faire peur, même si des baisses ici et là ont bien eu lieu. Les utilisateurs reviennent rapidement à leurs habitudes. On peut sans détour dire que les besoins sensoriels sont plus puissants que la pandémie.

Analyse du trafics organique Gleeden

Données semrush :

  • 1) 711 494 (Ordinateur) / 707 671 (Mobile)
  • 2) 706 658 (Ordinateur) / 702 824 (Mobile)
  • 3) 700 000 (Ordinateur) / 699 000 (Mobile)
  • 4) 702 000 (Ordinateur) / 699 000 (Mobile)
  • 5) 845 747 (Ordinateur) / 845368 (Mobile)

Données Similarweb :

  • Moyenne visiteurs uniques période septembre à novembre 2021 : 418,206
  • Répartition de l’audience par appareil : 14,92% Desktop et 85,08% Mobile
  • Estimation visiteur octobre 2021 : 3,15M et 418k uniques
  • Estimation visiteur novembre 2021 : 2,77M et 388k uniques
  • Estimation visiteur décembre 2021 : 3,12M et 452k uniques

graphique semrush gleeden ordinateur
graphique semrush gleeden mobile

Les graphiques montrent une évolution croissante de l’intérêt porté à Gleeden depuis son lancement. Même si une chute importante a pu se produire au début du premier confinement, elle n’est clairement pas visible sur les données. Ce qui signifie que les internautes se sont reconnectés en masse ensuite, ce qui a lissé la moyenne pour être normal au mois de mars 2020. La baisse est cependant un peu plus perceptible pour l’utilisation de la plateforme sur Mobile. Même s’il y a eu des baisses, elles sont à relativiser. En effet, noter une baisse sur la période sans noter la précédente forte évolution n’est pas raisonnable. Dans tous les cas, après la stupeur générale des premiers jours du premier confinement, les personnes ont continué à utiliser la plateforme. L’attractivité des promesses et le fait de mettre à contribution son temps libre à la recherche de partenaire sexuel ont permis à Gleeden de ne pas connaitre la crise.

Statistiquement, on remarque que les personnes voulant faire des rencontres adultères utilisent dans une grande proportion leur téléphone mobile pour faire leurs recherches et se connecter au service. On peut en déduire que le fait d’être confiné, les habitudes n’ont pas évolué.

La pandémie a-t-elle eu un impact sur les rencontres de type adultère ? En regardant les chiffres de l’un des leaders français sur le marché, la réponse peut être que négative. Gleeden a continué de gagner des visiteurs durant toute la période. Les chiffres de novembre de Similarweb indiquent une baisse notable de visiteurs uniques, mais un regain en décembre 2021. La peur d’Omnicron est surement en cause, mais la périodicité de se faire plaisir pour les fêtes a eu raison et a été plus forte.

« Les différentes restrictions ont provoqué une légère baisse. Le fait d’être confiné et la peur d’être contaminé ont bridé les envies d’adultères. En revanche, la fin d’année a été très prolifique, Omnicron n’a eu qu’un faible impact psychologique. Sur la période, Gleeden a gagné 20% de popularité. »

Le covid a-t-il provoqué la décadence des sites de rencontres en 2021 ? INFOGRAPHIE

Avant de faire une synthèse purement mathématique des différents chiffres, quelques précisions s’imposent pour ne pas affirmer ou inversement des choses qui pourraient être mal interprétées. Les chiffres sont les chiffres, quand on passe de 1 million de visiteurs à 500 milles, on peut hautement affirmer qu’il y a eu une baisse de 50%. En revanche, l’imputer directement à une cause (ici la pandémie de covid) sans regarder le passer, ou encore la saisonnalité est une grave erreur.

infographie impact covid site rencontre

La saisonnalité des sites de rencontres

Avant toute analyse sur les chutes ou les gains de fréquentation de tel ou de tel site, il faut savoir que les rencontres en ligne ne dérogent pas à la règle. Il existe des périodes où les gens s’inscrivent plus et se connectent plus. En règle générale, on constate des pics de connexions de début octobre à mars. Bien entendu, cette saisonnalité peut différer en fonction de la thématique de chacun des sites.

La pandémie de Covid a-t-elle été si impactante que ça pour les applications de rencontres ?

Dans un premier temps, il faut noter que dans l’ensemble, les données brutes de Semrush et ceux de Google Trends n’indiquent aucune baisse significative dans l’intention des recherches effectuées par les internautes durant les différentes phases de confinements. Il semble que le premier confinement dû à sa nouveauté a bien perturbé le sentiment des Français sur le sujet de faire des rencontres. Des baisses de 10 à 20% les premiers jours peuvent apparaitre. En tout cas, dans les premiers jours, le moral n’y était pas, et donc l’envie. Des baisses significatives de plus de 50% peuvent apparaitre pour certains sites, mais c’est très ponctuel, et en fonction des jours, il y en a toujours eu. Les statistiques de Similarweb pour cette période ne sont plus disponibles sauf contre un gros billet. On ne peut qu’extrapoler et faire confiance aux autres données énoncées durant cette période par d’autres sites qui les ont analysés, sans bien évidement fournir les graphiques de données pour prouver qu’ils ne les sortaient pas de leur chapeau magique.

Dans l’ensemble, une baisse de 20 à 40% pouvait être perceptible sur certains sites au mois de mars 2020. L’impact n’était pas le même en fonction des thématiques. Ces chutes ont toutes été mises sur le dos de la pandémie et du confinement. Mais c’était peut-être aussi un raccourci trop rapide et simple. Dans tous les cas, ça a permis de vendre facilement du papier avec des gros titres « -50% pour les applications de rencontres ! », « Le Covid a tué les sites de rencontres … ». Oui, il y a eu lors du premier confinement une baisse significative de visite sur les différentes plateformes. Les gens ont eu peur, le train-train habituel a été perturbé. Personne ne savait vraiment combien de temps cela allait durer. Les études ont dans l’ensemble été trop rapidement éditées. Car quelques jours après, le mois suivant, les internautes se sont jetés dessus comme jamais. Dans l’ensemble, ils ont même eu un regain d’activité. Les célibataires sont revenus rapidement pour passer le temps, pour ne pas revivre un deuxième confinement seul.

Il y a aussi un point important à noter sur les baisses. Le nombre de visiteurs a chuté, les statistiques de Similarweb le montraient. Il a été dit, par exemple, que Meetic était passé de 13 millions de visiteurs à 10 millions au mois de mars soit une chute de 30%. Qu’il en déplaise, même ce calcul de perte est faux. Le vrai pourcentage de perte est de 23,08%. Et cette erreur de calcul de pourcentage est présente dans toutes les affirmations qui ont été faites. (La perte de 3 millions doit être calculé ainsi : 3M/13M ou encore (10M*100)/13M). L’accès à ses chiffres n’est plus disponible, seulement les 6 derniers mois sont consultables. Il aurait été plus judicieux de prendre comme base, les visiteurs uniques. Statistiquement, on a moins de chance de comptabiliser plusieurs fois les mêmes personnes. Or, que ce soit 13 ou 10 millions de personnes, ses chiffres correspondent à l’ensemble des personnes se connectant au site. Une même personne peut être comptabilisé 2, 3, même 10 fois. Donc premièrement, la baisse est non pas de 30% pour Meetic, mais que de 23,08% au mois de mars 2020, donc en plein confinement. Souvenez-vous, les chiffres pris ne sont pas les visiteurs uniques. Les 23,08% de perte de visiteurs ne pourraient-ils pas être également la résultante que les personnes se sont connectées via moins de sources diverses d’appareils étant qu’ils étaient chez eux, confinés ? En effet, une personne lorsqu’elle n’est pas chez elle, peut consulter son site au travail, dans les transports en commun sur son smartphone, puis sur son ordinateur lorsqu’elle rentre chez elle le soir. Cette routine n’existait plus pour un grand nombre de Français lors du premier confinement. Une partie des baisses peuvent facilement être le résultat de ce changement comportemental.

Finalement, pour une majorité des sites, une légère baisse de fréquentation peut être attribuée à la pandémie, mais surtout au 1 er confinement. Je ne m’avancerai sur aucun pourcentage exact, le faire serait du charlatanisme. Dans tous les cas, on est très loin des chiffres annoncés de -30 à -40%.

Il faut également savoir qu’aucune donnée sur l’utilisation des applications des sites n’est publique. Ces applications sont gérées directement par les sites eux-mêmes, donc les statistiques de connexion de ces dernières n’apparaissent aucunement sur les graphiques. Il faut également savoir que les entrées directes (URL en favoris, icône de raccourcis …) ne sont pas comptabilisées.

Que s’est-il passé après le 1 er confinement ? La rencontre en ligne est-elle morte ?

Avant d’aller plus loin, pourquoi avoir réalisé cette étude ? Car après lecture de nombreux sites, les chiffres, les affirmations et les résultats n’étaient pas les bons. Pourtant les chiffres sont les chiffres. Une stupeur a été de mise durant les lectures des articles évoquant la situation des sites de rencontres durement touchés par la crise que nous vivons tous en ce moment. Notre blog étant sur le domaine de la rencontre en ligne afin d’aider les personnes à choisir les meilleurs sites en fonction de leurs envies, les chiffres évoqués ici et là étaient interpellant.

Toute l’équipe éditoriale de sodating.com avons donc travailler dans le but d’analyser ces chiffres. Plus notre étude avançait et plus des incohérences nous sautaient aux yeux. Les premiers articles parus dans la presse ont été trop hâtivement édités, mais surtout trop rapidement écrit. Les règles élémentaires de mathématiques de niveau primaire ne sont également pas connues. Ce qui donne au final des résultats complètement faux, mais surtout une perspective long terme alarmiste pour toutes les personnes recherchant l’amour durant cette période trouble et indécise. Une donnée n’a d’ailleurs pas été prise en compte, elle n’est pas quantifiable : « La résilience de l’être humain et l’amour envers les nouvelles technologies ». L’utilisation de ces dernières est devenue une façon de vivre et fait partie intégrante de notre façon de vivre, de consommer ; elle n’est pas près de disparaitre du jour au lendemain. Alors oui, une baisse passagère a eu lieu, mais cette dernière ne peut être entièrement imputable au confinement. En tout cas, pas de la manière que certains analystes ont voulu le démontrer. Car de nombreux facteurs peuvent avoir pu interférer dans la lecture de ces données : « saisonnalité, visiteurs uniques non pris en compte, pas de recul sur la crise … ».

Les chiffres du deuxième, troisième confinement et des périodes de couvres feu indiquent clairement un regain d’activité général des différentes plateformes. Il existe cependant quelques exceptions comme Onvasortir.

Dans l’ensemble, tous les sites ont vu leur activité revenir à la normale après une certaine période. Pour certains d’entre eux, leur activité ne s’est jamais aussi bien portée que pendant la crise Covid. De nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi ses applications ont cartonné après la stupeur passée.

Entre autres :

  • La peur d’être à nouveau confiné « seul ».
  • Garder un lien social vers l’extérieur. (Dialoguer avec d’autres personnes.)
  • Utiliser son temps libre pour préparer l’avenir.

Pendant la crise Covid, les sites de rencontres ont été un palliatif à la solitude

Que l’on soit célibataire ou en couple, l’humain a besoin d’avoir des interactions. Le confinement n’a pas tué les sites de rencontres, au contraire, il les a dynamisés. Dans une très large majorité, ils ont tous vu une augmentation d’intérêt et donc une augmentation générale de leurs trafics, et cela quel que soit leur secteur d’activité. Les quelques baissent durables pour certaines plateformes sont essentiellement dû à un changement de politique ou encore technique de leur part.

Il est également raisonnable de penser que les personnes se rencontrant en réel ont fait attention aux différents protocoles sanitaires. Une majorité des Français sont raisonnables contrairement à ce que les différents discours politiques pourraient faire penser. Quelles que soient les envies de chacun, les sites de rencontres ont permis aux personnes se connectant de se sentir moins seules. La crise a accéléré la prise de décision de beaucoup de personnes et les ont mis non pas dos au mur, mais devant l’évidence de leur situation sociale. Les sites de rencontres ont donc été des palliatifs pour se sociabiliser et préparer un avenir plus radieux, mais surtout essayer d’être plus seul face aux difficultés de la vie.

promotion sodating comparatif
Dossiers comparatifs : choisissez le site qui vous correspond !
femme sexy robe rouge
Hot !
Découvrez les meilleurs sites de Live sexe cam en direct !